mardi 12 octobre 2010

Mardi 12 octobre : Brigitte chez Aurore et Philippe Sournac

« ALLO AURORE où êtes-vous ? Je suis chemin de Langlet à EYSINES et je cherche votre exploitation. »

Visite chez Aurore et Philippe Sournac ce mardi 12 octobre, dès le matin pour partager une journée avec nos maraîchers.

Les poireaux qu’Aurore effeuille sont ensuite lavés,  calibrés : gros, petits, mis en botte ils se trouveront ce soir dans les paniers des amapiens de Mérignac et de Pompignac.
Les tomates ramassées dans la serre sont mises en barquette et pesées.
Tous les légumes qui iront rejoindre les poireaux et les tomates de nos paniers sont déjà lavés et mis en botte (les carottes et les navets).

Philippe Sournac me fait visiter la serre où ont poussé nos poivrons, nos aubergines qui subissent une attaque de doryphores, le persil, les tomates dont c’est la fin.
Philippe, passionné par son métier et avec sa volonté de vouloir produire des produits de qualité, m’explique (je suis une complète néophyte ) son choix pour produire bio.
Par exemple, pour ses rangs de tomates plus de film plastique pour pailler mais du carton biodégradable qui vient de ST SEURIN SUR L’ISLE.
Les cordes qu’il tend pour palisser les pieds sont en matière végétale dont biodégradable, de même les attaches sont en « matière plastique » de maïs.
Conclusion, une fois la saison terminée lorsqu’il arrachera ses pieds de tomates, il pourra stocker les pieds morts avec le carton, les attaches et les ficelles et les enfouira lors des labours de février en les broyant au « rotavateur ».

Il me montre les champs où poussent les radis noirs, les navets et les carottes ; champs qu’il traite par pulvérisation avec un produit (HORTINEEM) autorisé par l’agriculture biologique, qui est un répulsif d’insectes.
Il désigne alors désolé, la fumée dégagée par les déchets que l’on brûle dans une autre exploitation qui ne pratique pas du tout la même agriculture qu’eux.
Philippe espère que la proximité de son exploitation avec des zones de productions pas du tout orientées dans la même optique de culture ne portera préjudice à leur demande de certification en label bio.
Cueillette de tomates dont les pieds montent à presque 2m.

L’après- midi est consacrée à la mise en cageot.
Départ de l’exploitation vers 15h30.

Je pense que vous avez été enchantés par les paniers de ce 12 octobre 2010 ( leur quantité et les beaux produits qui les composaient).
Je vous invite si vous le pouvez à vous rendre chez eux et partager un peu de leur passion et de leur sueur ! .
J’ai un regret : je n’avais pas d’appareil photos pour mieux illustrer ces moments.

Aucun commentaire:

 
compteur pour blog